Le jeu connaît une belle croissance aux Pays-Bas

avril 14, 2019

Du point de vue du Royaume-Uni, il est presque difficile de croire qu’il y a encore quelques pays sans base légale pour les jeux de hasard en ligne. Pourtant, même en Europe, le Royaume-Uni reste une exception à la règle, avec son approche mature et adulte de la réglementation des jeux de hasard légaux en ligne.

Les Pays-Bas, réputés pour leur tolérance, en sont un exemple, où il n’existe aucun moyen légal pour les résidents de parier et de jouer en ligne, niant de fait les libertés dont jouissent les citoyens ailleurs sur le continent.

Mais malgré ce manque de soutien en faveur d’un environnement légal et réglementé pour ce domaine, les niveaux de participation sur le marché néerlandais ont considérablement augmenté au cours des deux dernières années, selon de nouveaux chiffres.

Dans un rapport publié par le groupe de recherche et de conseil « Motivaction International », on estime que 1,86 million de Néerlandais se sont livrés à des jeux d’argent en ligne au cours de la période étudiée, ce qui représente plus de 10% de la population.

Les chiffres sont d’autant plus surprenants si l’on considère le tableau actuel de la réglementation des jeux d’argent dans le pays, avec chaque transaction de jeu en ligne non autorisée par le gouvernement ou les lois locales.

Au lieu de cela, les joueurs basés aux Pays-Bas sont obligés de se tourner vers des opérateurs en ligne prêts à accepter des joueurs néerlandais, ce qui les place en dehors du champ d’application de tout régime national de licence ou de protection des consommateurs.

Les chiffres reflètent une augmentation de plus de 300 000 joueurs depuis la dernière période d’échantillonnage en 2016, ce qui montre qu’il y a une tendance croissante au jeu en ligne de la part des gens à l’intérieur du pays. Selon leurs estimations, le marché représente actuellement quelque 592 millions d’euros de recettes, dont le gouvernement néerlandais ne reçoit pas un sou.

Au total, 18 % des répondants au sondage ont dit qu’ils avaient joué en ligne, et 38 % ont dit qu’ils avaient joué d’une façon ou d’une autre au cours de la période. L’étude a examiné les réponses de plus de 15 000 personnes âgées de 18 à 80 ans.

Alors que les paris sportifs et les jeux de poker ont en fait diminué au cours de la période, les casinos ont augmenté de 9,4 %, ce qui donne une certaine indication sur l’origine de la majorité de la croissance. Pourtant, il est intéressant de noter que la grande majorité des personnes échantillonnées étaient en faveur d’un système de réglementation basé aux Pays-Bas, en dépit du fait qu’il n’y a pas de projet ferme d’introduire un modèle de réglementation dans un avenir proche.

Ces chiffres intéresseront sans aucun doute le gouvernement néerlandais, soulignant à quel point leurs citoyens opèrent actuellement en dehors des lois nationales pour jouer en ligne. Ce qui est clair, c’est que pour obtenir leur part de ces recettes fiscales, les autorités néerlandaises vont devoir réfléchir à nouveau à leur approche en matière de réglementation et d’agrément du secteur des casinos.

La réalité est qu’avec l’augmentation du nombre de joueurs, les jeux en ligne aux Pays-Bas ne vont pas disparaître de sitôt. En l’absence d’un système de licence néerlandais, ces joueurs sont à la merci des casinos individuels avec lesquels ils s’inscrivent et de leurs conditions de licence spécifiques – qui peuvent ou non offrir un degré de protection aux joueurs basés aux Pays-Bas.

Malheureusement, tant que cette zone restera floue, les joueurs, les citoyens et les services publics continueront de passer à côté de ce qui pourrait être un système plus efficace et mieux structuré pour réglementer les activités de jeu en ligne.