L’homme à l’origine du craquage de la roulette décédé à l’âge de 86 ans

septembre 21, 2018

Son nom ne vous dit peut-être pas grand-chose et pourtant c’est devenu une icône à l’époque dans les établissements de casinos.

Richard Jarecki, chercheur médical qui a craqué la roulette dans les années 1970, gagnant des millions de dollars dans les casinos européens, est décédé le 25 juillet à l’âge de 86 ans. Profitant des roues de roulette défectueuses, il est devenu une légende parmi les joueurs et une menace pour certains des casinos les plus populaires de Monte-Carlo, d’Italie et de Las Vegas.

Selon le New York Times, le professeur d’Université d’origine allemande est décédé le 25 juillet d’une pneumonie chez lui à Manille. Richard Jarecki est né en Allemagne mais il a grandi aux Etats-Unis où sa famille a été forcée d’émigrer par le parti nazi dans les années 1930. Il a étudié à l’Université Duke, puis à l’Université de Heidelberg en Allemagne. Selon les rapports des années 1960, c’est là qu’il a commencé à gagner d’énormes sommes d’argent à la roulette.

Au début des années 1960, M. Jarecki et son épouse ont visité des douzaines de casinos en Europe et aux États-Unis. Il était bien connu à Monte-Carlo, ainsi que dans les casinos de Divonne-les-Bains, en France, à Las Vegas et à Baden-Baden, en Allemagne. Il a également été joueur régulier au casino de la Riviera italienne à San Remo, ce qui a généré de sérieuses pertes au cours de ses sessions de jeu. Son succès sur la table de roulette a encouragé d’autres joueurs à placer les mêmes paris et, par conséquent, les casinos ont généré des pertes encore plus importantes.

Alors qu’il étudiait dans son pays d’origine, Richard W. Jarecki s’est rendu compte qu’il devait y avoir un moyen de prédire avec succès où la balle atterrirait sur la roulette. Selon des reportages des années 1960 et 1970, il a expliqué qu’il a réussi à le faire et à gagner en développant un modèle statistique sur ordinateur à l’Université de Londres. Il s’agissait de la version officielle destinée aux propriétaires et aux employés de casinos, alors que la vérité était très différente.

Il s’avère que Jarecki observait attentivement les roues de roulette à la recherche de légères imperfections et recueillait de grandes quantités de données sur chaque table de roulette avant de commencer à jouer. Après avoir analysé toute l’information recueillie par lui-même et ses amis, il a exploité avec succès ces défauts dans la construction des roues et des tables, pour finalement tourner le bord en sa faveur. Ces imperfections comprenaient des défauts de fabrication, des rayures, de l’usure, des tables de jeu non nivelées, et plus encore.

C’est exactement ce dont Richard Jarecki a profité, tous les défauts mécaniques et l’usure qui entraînent un biais en faveur de certains nombres. Après avoir observé la balle pendant longtemps, il pouvait prédire avec un haut degré de certitude où la balle tomberait ensuite.